Et aussi, la confrérie possède...

 

La tombe de la confrérie
  
      Dans l'immense nécropole de Limoges appelée cimetière de Louyat, la confrérie est propriétaire d'une tombe
 
      Cette dernière répond à un pieux devoir : il arrive parfois que, conformément à la loi, la concession funéraire d'une ancienne famille bouchère, autrefois membre de la confrérie, soit reprise par la Ville, pour abandon et défaut d'entretien régulièrement constatés. La confrérie veille alors à ce que les restes de nos anciens soient pieusement recueillis et réinhumés dans ce sépulcre. 
      Ce caveau moderne en granit, très simple, porte une croix, les mots "confrerie de saint Aurélien" et une plaque (en porcelaine de Limoges) figurant la cocarde de confrère ; cette dernière a été offerte en 2010 par notre confrère M. Pierre Lamige.

       Chaque année, peu avant la Toussaint, une délégation de la confrèrie fleurit la tombe (voir les diverses pages dans la rubrique "Au sujet de...").
 
(Photos de notre confrère M. Pierre Lamige)
 

Cocardes et écharpes
 
      Les couleurs de la confrérie sont le blanc (fidélité) et le vert (espérance). Elles constituent bien évidemment la base des deux insignes d'appartenance à la confrérie. 
 
      La cocarde est épinglée sur la poitrine, côté gauche. Elle est formée de la cocarde proprement dite, circulaire à bouton dorée, et de deux rubans tombant, un blanc et un vert : ils portent en fils d'or les lettres S et A, pour Saint Aurélien, bien sûr. 
 
      L'écharpe, mi-partie vert et blanc, est placée en sautoir, de l'épaule droite au côté gauche, le blanc au col.
 
      Pour les grandes fêtes religieuses, chaque membre de la confrérie arbore les deux insignes ; mais dans certaines circonstances, plus ordinaires, seule la cocarde est portée. 
 
 
Les souches
      Un étrange nom pour des objets bien utiles pour nos principales processions : le cierge placé dans un tube métallique est toujours à la même hauteur, grâce à un ressort ; une coupelle en verre protége du vent et des écoulements de cire.
 
      Pour les responsables de notre confrérie, les souches portent des panneaux ovales représentant, pour deux d'entres elles, saint Aurélien, et pour deux autres, le Saint-Sacrement ; elles sont désignées sous le nom de ''panonceaux''.
 

Notre drapeau

 
      A la différence de la plupart des autres confréries catholiques, qui portent une bannière, la confrérie de Saint-Aurélien marche derrière un drapeau.
 
       Il est, bien sûr, vert et blanc, couleurs de la confrérie, échiquetées ; au centre, il porte le motif de la croix du Sauveur.
 
          Sur une face, en lettres brodées d'or, on lit ''corporation des bouchers de Limoges''. Au centre de la croix, la date de 930 est celle, traditionnelle, de la fondation de la corporation. De part et d'autre sont marquées les dates de deux grands pélerinages accomplis, en 1887 et 1892, par la confrérie à Rome.

       L'autre face porte seulement les mots ''confrérie Saint-Aurélien'' et, au centre de la croix, les deux initiales S et A.

      Le drapeau, habituellement conservé dans la sacristie, est exhibé dans le choeur, à gauche de l'autel, lors des fêtes et grandes cérémonies. Il est en outre, bien sûr, porté en tête de la confrérie lors des processions.


Et aussi...