Le reliquaire de Saint-Aurélien
et la relique de notre saint patron

 

      La principale relique de son saint patron que possède la confrérie est dite du ''chef de saint Aurélien'' (chef au sens de tête, du latin caput). Elle est renfermée dans un reliquaire argenté affectant la forme d'un buste d'évêque, de grandeur presque naturelle. 
 
     Aurélien est représenté comme un homme relativement jeune et imberbe. Les épaules sont très peu marquées. La tête est légèrement penchée en avant pour donner une impression de recueillement et équilibrer la pièce. Le personnage porte deux attributs épiscopaux : la mitre et la croix pectorale.  
 
      La mitre, montée sur charnière, peut basculer en arrière pour laisser voir et vénérer la relique : c'est ce qui est fait tous les sept ans pour les ostensions.
 
       La précieuse relique est constituée d'une partie de la calotte cranienne du premier successeur de saint Martial. La tradition rapporte qu'un défaut, bien visible sur l'ossement, serait la trace de la foudre dont, selon la légende, Aurelius Cotta encore paien aurait été frappé à la demande de Martial.
 
*
*     *
 
      Ce buste reliquaire actuel a été fabriqué à l'imitation d'un précédent, sur lequel était gravée l'inscription, en langue limousine : "Hel. Amielh de la Porta me feys far l'an 1365" Helie Amielh de la Porte me fit fabriquer en l'an 1365. Jusqu'à la Révolution, la précieuse relique était conservée dans la chapelle.

      A ce moment, dès que les ordres de confiscation des objets du culte en métaux précieux furent connus, un boucher, Audoin Malinvaud, dit le Petit, retira la relique du reliquaire ; ce dernier partit à la fonte. Mais, durant les années troublées qui suivirent et malgré les risques, Audoin Malinvaud conserva ce précieux chef à son domicile, en laissant les autres bouchers venir vénérer la relique. Tous respectèrent le secret. 
 
      Après la Révolution, il restitua la relique et la fit reconnaître officiellement par les autorités religieuses. C'est alors qu'un nouveau reliquaire fut commandé par la confrérie : c'est celui qui abrite toujours le chef de saint Aurélien. 

 


Le reliquaire